HISTOIRE DE LA F.S.G.T.



DEFINITION DE LA FSGT

La FSGT est une Fédération Omnisports : une licence pour tous les sports pratiqués.
La FSGT s'est engagée à défendre "un sport populaire associatif reposant sur le bénévolat, et l'autogestion."
L'action de la FSGT combine de façon spécifique, activité physique, sport, vie sociale, éducation, lutte contre les inégalités.
Elle est un espace de liberté pour s'organiser, pour être soi-même où les relations humaines sont centrales.



HISTORIQUE

Une Histoire
L'origine de la FSGT remonte à la création des premiers clubs ouvriers, en 1908, sa constitution dans sa forme actuelle date du 24 décembre 1934, à partir de la réunification des deux fédérations sportives ouvrières, la F.S.T. (Fédération Sportive du Travail) et l'U.S.S.G.T. (Union des Sociétés Sportives et Gymnique du Travail). La FSGT est une organisation du monde du travail qui se préoccupe de l'activité sportive pour tous les travailleurs. La période 1960-1980 (stage Maurice Bacquet, Conseil Pédagogique et Scientifique FSGT) est marquée par l'influence réciproque entre les innovations FSGT et le domaine de l'éducation physique et du sport scolaire. À partir des années 70-80 la FSGT se préoccupe dans des formes nouvelles, des activités adaptées aux situations des cités populaires.

La FSGT dans le mouvement sportif
La FSGT fait partie des fédérations reconnues par l'état et a reçu mission de service public. L'adhésion à la FSGT assure votre reconnaissance par les pouvoirs publics et l'accès aux différents types de soutien qu'ils peuvent offrir. La FSGT est membre du Comité National Olympique et Sportif Français. La FSGT a des conventions avec de nombreuses fédérations utiles à ceux qui font le choix de la double affiliation. La FSGT est membre de la Confédération Sportive Internationale du Travail, elle même reconnue par le Comité Internationale Olympique. La FSGT entretient des relations avec des organisations sportives d'une trentaine de pays, cela ouvre les portes d''échanges internationaux sportifs et amicaux. La FSGT coopère avec de nombreuses organisations poursuivant des buts similaires, en France et dans le monde.

Les buts de la FSGT
Elle inscrit son activité dans le sens d'un développement des droits de tous les êtres humains à l'éducation, à la santé, au sport, à la culture, et aux loisirs. Elle s'appuie sur la dynamique du bénévolat dans une vie associative ou chacun doit pouvoir s'auto-déterminer en relation avec les autres. Un espace de liberté où, en s'organisant ensemble on peut être mieux soit même. Un espace de liberté pour pratiquer le sport de votre choix, pour construire vous même les règles dans un cadre légal.

Une culture spécifique : La recherche de l'Omnisport
C'est le sport au service de l'accomplissement du bien être de l'homme. Refus des cloisonnements et des juxtapositions se limitant à une approche technique du sport. L'engagement et la solidarité en actes contre les inégalités sociales. Le refus de la domination des plus forts sur les plus faibles. Que ce soit dans le sport ou dans la société, rechercher les possibilités pour s'auto-développer ensemble, d'où le rejet des formes hiérarchisées de fonctionnement et d'exercice des pouvoirs.

La perspective d'universalité
Participer à la construction d'un monde plus humain, plus citoyen, plus solidaire.
Remerciements à Thierry LECROQ



LA F.S.G.T. EN ALSACE. - SON HISTOIRE

La naissance du sport Travailliste en Alsace débute avec notre siècle. A l'époque l'Alsace et la Lorraine étaient détachées de la France. Nos provinces étaient retombées dans le giron de l'Allemagne Impériale, à la suite de l'issue tragique de la guerre franco-allemande de 1870/71.

En cette fin de 19ème et au début du 20ème siècle, l'industrie connaissait un essor fulgurant. Mais cette révolution industrielle s'accompagne hélas aussi de conditions de vie et de travail déplorables pour les travailleurs. La journée de travail atteignait 12 à 14 heures, les salaires étaient sans commune mesure avec les besoins des familles ouvrières. Le repos hebdomadaire n'était pas garanti. Les congés payés étaient du domaine du rêve. Quant à l'éducation physique et à la pratique sportive, elles étaient réservées à une élite, la classe dominante. Hormis la gymnastique qui avait un caractère de préparation militaire, le sport était inaccessible au monde du travail.

C'est en 1889 en AIIemagne (en 1907 seulement en France) que des militants avertis du Parti socialiste, des syndicats ouvriers et du mouvement des coopérateurs décidaient de créer des sociétés ouvrières non seulement réservées aux travailleurs, mais encore dirigées par eux. La raison du sport ouvrier (c'est ainsi qu'on l'appelait à l'époque) était de permettre aux travailleurs la pratique des activités gymniques et sportives en dehors du paternalisme et du militarisme ambiants.

Deux dates allaient marquer I'embryonnaire sport ouvrier dans nos provinces frontalières: 1889-1907 - C'est pendant cette période qu'étaient jetées les bases du sport ouvrier an Alsace-Lorraine. C'est aux environs de 1904 que l'idée de créer des sociétés ouvrières de gymnastique a réellement percé dans notre région.

La première était fondée en 1902 à Strasbourg " le Arbeiterturnverein Vorwàrts Strasbourg" plus connu aujourd'hui sous le nom de Avenir Strasbourg.

D'autres ont vu le jour par la suite. Les fondateurs ont eu la bonne idée de ne pas se limiter à la gymnastique. L'athlétisme, la natation, le handball, la balle au poing, le football, la lutte, l'haltérophilie et les activités de pleine nature prenaient leur essor.

Toutes ces sociétés étaient affiliés au Deutscher Arbeiterturn et Sportbund fondé en 1892. Il réunissait alors 7041 sociétés ouvrières comptant ensemble 564376 adhérents. Malgré toutes les embûches, le sport ouvrier devait connaître dans notre région un essor particulier.

Mais la première guerre mondiale (1914-18) devait y mettre fin brutalement. Les hostilités terminées, il fallait tout recommencer. Dès 1919, quelques survivants entreprenaient de reconstruire le mouvement sportif ouvrier. Chaque discipline sportive s'organisait différemment.

Les différents groupements (Verband) adhéraient à la Fédération Sportive du Travail (FST) d'Alsace et de Lorraine qui s'était constituée au lendemain de la première guerre mondiale.
Le 29 juin 1919 se tenait à Paris le congrès de la "Fédération Socialiste des Sports et de Gymnastique" (FSSG) en présence d'un représentant de la région Alsace-Lorraine. Le mouvement sportif ouvrier changeait d'appellation au terme de ce congrès. La Fédération Sportive du Travail (FST) était née; le mouvement restait sous la dépendance du parti socialiste, des syndicats et du mouvement des coopérateurs. Cette dépendance était pourtant Inconnue dans nos régions.

Néanmoins, la proposition de notre représentant d'organiser le mouvement par disciplines sportives était acceptée. Nos relations avec la fédération à Paris n'étaient guère suivies en raison de grandes difficultés linguistiques. Ainsi le mouvement sportif ouvrier a-t'il fait cavalier seul en Alsace et en Moselle. C'est en 1923 que le sport travailliste connu sur le plan national une scission préjudiciable à son essor.

Des militants sportifs socialistes quittèrent la FST pour fonder l'Union des Sociétés Sportives et Gymniques du Travail (USSGT). Durant 11 années cette scission ne profita qu'aux gens du pouvoir. Unie dans la lutte pour la paix et contre le fascisme, les deux organisations se retrouvèrent fréquemment côte à côte.

Le 3 octobre 1934 le Conseil National de l'USSGT considérant que l'absence d'unité morale et organique entre les éléments de la jeunesse sportive ouvrière n'est profitable qu'à ses adversaires, que la jeunesse sportive ouvrière ne pourra réaliser ses objectifs que par une unité d'action sans cesse accrue, décide de faire siennes la déclaration et les conclusions présentées par la commission administrative en réponse aux propositions faites par la FST. La réunification des deux fédérations se fera à Noël 1934 avec la création de la F.S.G.T.

Il ne s'agit plus de réunir les seuls sportifs ouvriers opposés au sport bourgeois, mais de s'unir au-delà des sportifs ouvriers pour s'opposer au fascisme et défendre les droits de l'individu, lutter contre les inégalités, défendre l'humanisme et la démocratie dans le sport.

C'est à cette époque que prend naissance l'expression " Sport Populaire ". Depuis cette date, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts, et maintes fois la F.S.G.T. a du s'adapter à des situations différentes et à la transformation de la société.

Ainsi de 1952 à 1962 elle se voyait refuser toutes subventions gouvernementales. Depuis les années 1970, elle s'est démarquée du mouvement politique.



Un comité régional s'établit en Alsace à la même époque (1935). Il couvrira jusqu'en 1970 les deux départements en Alsace et une partie de la Moselle. Son essor rapide aussi bien dans le domaine sportif que culturel, accentué par les premiers jours de congés payés accordés aux travailleurs en 1936, est vite interrompu par la guerre de 39/45, réduisant à néant toute son oeuvre.
Malgré un effort important pour faire redémarrer les activités sportives, la F.S.G.T., par manque de subventions, doit attendre les années 60 pour enfin connaître un véritable développement.
L'arrivée de l'omnisports lui permet de mettre en place de nouvelles animations sportives et accroître le nombre de ses licenciés. Son essor est également favorisés par
la création des deux comités départementaux : le Haut-Rhin en 1972 et le Bas-Rhin en 1975.
On a recensé, ces dernières années, 50 à 60 clubs affiliés et 4 000 à 4 500 licenciés dans le Bas-Rhin, où dominent des activités telles que le ski de fond, les courses d'orientation, la pétanque, le tennis de table ou encore plus récemment les fléchettes, le cyclisme et le tir à l'arc.
Au titre des activités structurées en compétition, le comité départemental propose : Les courses d'orientation - le cyclisme - les fléchettes - la gymnastique - la GRS - les joutes nautiques - la lutte - la pétanque - le tennis de table - le tir - le tir à l'arc.
Particulièrement implanté dans le secteur de la Communauté Urbaine de Strasbourg et dans celui de Saverne et Haguenau, le comité départemental 67 de la F.S.G.T. entend développer toutes les activités physiques et sportives, pour la santé et le bien être de ses adhérents.
En défendant la pratique sportive, il souhait également inculquer à tous le principe de la camaraderie, de la discipline, du respect et de l'honneur et préparer les jeunes à leur rôle de citoyen.




Nous remercions tout particulièrement le CD 67 FSGT et la Commission des Fléchettes 67 pour les précieux renseignements glanés sur leur site respectif.


MENU
NOTRE HISTOIRE
HISTOIRE FSGT
COMITE DIRECTEUR
LIENS
FLECHETTES
MARCHE NORDIQUE
GYMNASTIQUE
GYM DOUCE
MULTI ACTIVITE
PETANQUE
TENNIS DE TABLE
TIR A L'ARC